Tarte salée au fromage blanc …

7 Jan

de Mémé Cocotte.

Ça ne s’invente pas. Une recette de famille, à perpétuer.

Pas de ma famille, non, … juste un cadeau.

La cuisine qui se partage : le pied

Je me sens investie d’une mission : la tarte de mémé Cocotte doit se transmettre

Pour une tarte de 26 cm :

La pâte :

  • 80 g de beurre mou
  • 160 g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1 petit verre d’eau

L’appareil :

  • 350 g de fromage blanc à 20%.
  • 1 fromage en faisselle (100 g)
  • 1 pincée de sel
  • 2 œufs
  • 15 cl de crème (légère possible)
  • 1 c. à soupe de lait
  • 1 c. à soupe de Maïzena
  • 2/3 de c. à soupe de farine
  • noix de muscade

Faire préchauffer le four à 200 °.

Préparer la pâte : mélanger la farine et le sel puis incorporer le beurre en petits morceaux et travailler en ajoutant l’eau à petites fois afin d’obtenir une boule de pâte souple. Réserver au frais une demie heure

Dans un cul de poule, mélanger les ingrédients un à un dans l’ordre (fromages, sel, œufs, crème, lait, fécule et enfin farine.

Verser sur le fond de pâte brisée.

Quelques petits morceaux de beurre par dessus, et au four à 240 ° pendant 40 minutes environ. Le dessus doit être doré et la croûte croustillante.

Le résultat ? Cette tarte me fait penser à la Gouère Bourbonnaise de ma grand mère. Du coup, pour changer un peu, on peut ajouter des pruneaux dans la crème qui donnent un goût différent et sympa.

La gouère, j’en ai déjà préparé une version colorée : la gouère au potimarron.

13 Replies to “Tarte salée au fromage blanc …

  1. Mémé Cocotte, j’adore ce nom… j’imagine un recueil de recettes avec ce titre… « Les recettes de Mémé Cocotte » et cette tarte en couverture… miam!

  2. Nom d’un petit bonhomme ! Il était Grand Temps que je revienne moi ! Et je ne le regrette pas, inutile de te demander si tu as passé de bonnes fêtes, gustativement parlant du moins, je peux constater que ça a été largement le cas ! Me voilà plantée depuis un petit moment sur ton blog à scruter toutes les nouveautés :p
    Je t’avoue que les dernières agapes ne m’ont pas écoeuré pour un sou, si j’ai été sans faim quelques heures, ça a été tout. Ma maladie ? Je meurs perpétuellement de faim … Et de bonnes choses Bises et bonne soirée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *