Presque Ispahan

5 Sep

Inutile de dire que les salles d’attente médicales, ce n’est pas ma tasse de thé. Il y fait chaud, on s’attend quelquefois au pire et rien à faire qu’attendre.

Là, pour une fois, la lecture était intéressante. Un vieux « ELLE » racorni et déchiré. Faute de grive, … on mange du merle. Je feuillette négligemment jusqu’à la page recette. Des desserts faciles , versions simplifiées de réussites de grands de la gourmandise.

J’ai immédiatement jeté mon dévolu sur une verrine, attirée par les framboises (normal chez moi) et … le parfum de rose. Je ne connais pas le vrai Ispahan de Pierre Hermé, mais en réalisant ce Presque Ispahan, il me vient des envie de voyage à la capitale, du côté de ses pâtisseries.

 

Pour 8 personnes.

A préparer la veille.

  • 600 g de framboises (surgelées pour moi)

  • 1 c. à café d’agar-agar (ou 5 feuilles de gélatine)

  • 1 boite de lychees au sirop

  • 160 g de couverture ivoire ( ou de chocolat blanc)

  • 290 g de crème fraiche liquide

  • sirop de rose (Monin)

  • essence de rose (en pharmacie)

Mixer les framboises au blender, puis les passer au tamis (C’est là qu’un presse purée m’aurait peut être été utile. A la place, j’utilise une passoire dans laquelle je verse la purée de framboises et je « mouline » avec un fouet en métal. J’arrive à extraire quasiment toute la pulpe. Il ne reste plus dans ma passoire que 2 cuillerées de « grains ».

Mettre dans une casserole le quart de la purée obtenue. Saupoudrer de l’agar-agar. Mettre à chauffer et compter 2 minutes de frémissement.

Dans la version gélatine, il suffit de la mettre a ramollir quelques minutes dans l’eau froide puis de la faire dissoudre dans la purée tiédie.

Fouetter la purée avec le gélifiant. Ajouter le reste de purée et fouetter encore.

Répartir cette compote dans 6 à 8 verres (avec mes verres suédois de 15 cl, j’en ai préparé 6), laisser refroidir, mettre au frigo.

Égoutter une boîte de litchis, les couper en morceaux, et les répartir sur la compote de framboises figée.

Faire fondre 160 g de chocolat blanc au bain-marie, et, parallèlement, faire bouillir 140 g de crème liquide.

Dans un saladier, verser la crème sur le chocolat fondu, mélanger au fouet, ajouter 15 g de sirop de rose  et 5 gouttes d’essence de rose. Laisser refroidir.

Dans un autre saladier, fouetter 150 g de crème liquide en chantilly. En verser un quart dans la crème à la rose, bien fouetter, puis incorporer le reste en mélangeant délicatement à la maryse.

Répartir dans les verres, réserver 1 h au moins au frais. (j’ai attendu une nuit).

Au moment de servir, parsemer de framboises fraîches et d’un pétale de rose (non traitée).

Et à la place de la cerise sur le gâteau, une vraie goutte de rosée, celle des roses.

Je crois bien que la réussite était au rendez-vous, selon mes convives. Alors, n’hésitez pas. Simple, pas trop long et pas ordinaire.

Impossible d’échapper à cette verrine : Mercotte a préparé il y a peu sa version. Parce que l’Ispahan vaut vraiment le détour …

15 Replies to “Presque Ispahan

  1. J’ai fait un entremet presque ispahan que je n’ai pas encore posté et comme toi j’ai découvert ce mélange si délicat et si agréable. Alors si tu viens faire le tour des pâtisseries…dis le moi su’onle fasse ensemble )))

  2. Et bien tu vois, je préfère ta verrine à celle de pierre hermé que je trouve un trop gélatineuse … ! La tienne, je sais pas, à l’air plus fraiche Quand aux pâtisseries, laisses-toi tentée par l’appel … et essayes ! C’est plus facile qu’il n’y paraît !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.