Et si on pensait dessert de fêtes ? Hippolytain

7 Déc

Il a bien fallu lui donner un nom à ce gâteau, parce que pour une fois, c’est une création maison.

Les revues culinaire, les blogs commencent de regorger d’idées gourmandes qui ont titillé mon imagination.

Au départ, ce devait être un biscuit pour le goûter, mais en le préparant, l’inspiration est venue.
Le gâteau de base est un fondant pistache coupé en deux dans l’épaisseur. Pour le garnir, une mousse pralinée. Et enfin une couverture fine de chocolat noir.

Pour le fondant :

  • 70 g de pistaches mondées non salées.
  • 120 g de beurre mou
  • 100 g de cassonade
  • 40 g de poudre d’amandes
  • 60 g de farine
  • 2 œufs
  • 1 c. à soupe de Cointreau ou 1 c. à café d’arôme d’orange
  • 1 pincée de graines de vanille
  • 1 pincée de sel

Mixer finement 40 g de pistaches et hacher grossièrement le reste.
Faire préchauffer le four à 180 .
Dans le bol du robot, travailler le beurre et le sucre jusqu’à obtenir un appareil crémeux.
Incorporer les pistaches mixées, la poudre d’amandes puis la farine , la vanille et le sel.
Ajouter alors les œufs un à un , puis l’alcool d’orange et continuer de mélanger jusqu’à ce que l’appareil soit bien homogène.
Verser dans un moulu à manqué de 20 cm de diamètre éventuellement beurré. Mettre à cuire pour environ 30 minutes. Vérifier la juste cuisson en piquant la pointe d’un couteau. Des qu’il ressort propre, c’est cuit. Laisser tiédir, démouler et mettre à refroidir sur une grille.

La mousse praliné :

  • 20 g d’eau
  • 35 g de sucre semoule
  • 5 g de gélatine (2 feuilles)
  • 225 g de crème fleurette
  • 3 cl de lait
  • 250g de pâte praliné
  • 3 jaunes d’œufs
  • 120 g de chocolat de couverture

Avant de commencer, mettre la crème dans le bol du robot et réserver le tout au frais (congélateur si possible)

Mettre les feuilles de gélatine à ramollir dans un grand bol d’eau froide.
Commencer par battre les jaunes d’œufs jusqu’à blanchiment.
Préparer un sirop en faisant chauffer l’eau et le sucre. Vérifier au thermomètre de cuisson : la température doit atteindre 105°
Sans cesser de fouetter (robot toujours en marche), incorporer délicatement le sirop dans les jaunes d’œufs et fouetter jusqu’à refroidissement pour obtenir un appareil crémeux.

Faire chauffer le lait, égoutter la gélatine pour la faire fondre hors du feu dans le lait.
Verser le lait sur la pâte de praliné et mélanger afin d’homogénéiser l’ensemble.
Remettre la pâte de praliné sur les œufs et mélanger à petit vitesse.
Sortir la crème du congélateur et la fouetter sans la monter en chantilly.
Verser ensuite un peu de crème fouettée sur la crème praliné et l’incorporer pour la rendre plus souple. Verser alors le reste de crème et mélanger délicatement jusqu’à avoir un appareil homogène.

Trancher le gâteau pistache en 2 dans l’épaisseur.

Étaler une grosse moitié de la mousse pralinée sur le 1/2 gâteau. Dès cette étape, j’ai entouré le fond du gâteau de papier rhodoïd puis d’un cercle réglable en métal.

Mettre le reste de crème dans une poche à douille et réserver au frais.

Recouvrir du second disque de gâteau, appuyer pour aplanir et bien répartir la crème.

Faire fondre le de chocolat de couverture avec une cuillerée d’eau au micro ondes. Étaler régulièrement en très fine couche à l’aide d’une spatule sur le dessus du gâteau.

Parsemer des pistaches restantes, grossièrement concassées.

Réserver au frais au moins 2 heures ou mieux une nuit.
Avant de servir, appliquer la crème restante à la poche à douille sur les bords du gâteau (je l’ai fait trop tôt ce qui explique la mauvaise tenue de mes décorations).

 

Pour une fois je suis enchantée du résultat : bonne tenue, assez léger et ce goût de praliné totalement régressif. Je vous promets une fin de repas de fêtes réussie.

2 Replies to “Et si on pensait dessert de fêtes ? Hippolytain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.